C-Vox

Réinventer la démocratie pour réenchanter le citoyen

Si l’on étudie froidement l’évolution à moyen terme de notre société “développée”, le chemin actuellement pris ne semble pas vraiment aller dans la bonne direction. Pourtant, la technologie peut nous proposer une solution démocratique.


Régis Warmont - Responsable "éthique et valeurs" Ingénieur en technologies de l'information et management et électron libre en politique depuis 1996. Vendredi, 04 Mai 2018
Partager

Si l’on étudie froidement l’évolution à moyen terme de notre société “développée”, le chemin actuellement pris ne semble pas vraiment aller dans la bonne direction. Les constats sont incontestables:

* Les inégalités se creusent et l’économie financière s’éloigne de plus en plus de l’économie réelle. Ce ne sont pas les salaires qui enrichissent, mais bien les actions. Le niveau de vie de la grande majorité de la population des pays de l’OCDE ne s’améliore plus. La théorie de ruissellement de la richesse ne fonctionne pas.

* Les problèmes liés au réchauffement climatique, qui pourraient amener à moyen terme au mieux à de nouvelles migrations et au pire à des situations de conflits entre peuples, sont influencés par la dégradation prévisible de l’approvisionnement énergétique. Si l’on considère que pour arrêter ce mouvement destructif, il faudrait décarboner de manière intensive et que les solutions actuelles proposées sont largement insuffisantes, le brouillard reste important.

* Après deux siècles de reflux, la mer du spirituel remonte, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur lorsque la religion ne 'érige pas en maître de vérité et permet à ses héritiers d’y trouver l’inspiration pour trouver son chemin de vie personnel et le pire avec des pulsions obscurantistes: intolérance et superstitions, soumission de l’humain aux règles “immatérielles”, de l'individu au groupe et trop souvent de la femme à l'homme.
Dans ce monde en plein doute, la démocratie est en danger.


Il n’y a actuellement que trois régimes politiques qui ont été utilisés dans nos contrées: le régime autoritaire, la démocratie représentative et la démocratie directe.

* Les dérives répétitives du premier, que ce soit à droite comme à gauche du spectre politique ont démontré son incapacité à être une solution humaine et les appels actuels de certains à y revenir font froid dans le dos.

* Les différentes affaires à répétition liées aux conflits d’intérêts et autres abus sociaux ont démontré les limites du deuxième dans les “particraties” et les citoyens ne veulent plus s’en satisfaire. Bien qu’étant la plus acceptable solution actuellement, il faut essayer de l’améliorer: si la bonne gouvernance - que des groupes de citoyens engagés prônent pour le moment afin d’essayer de faire changer les choses - n’arrive pas à gagner la bataille, il faudra envisager une solution alternative.

* Quand à la démocratie directe, les populistes ont démontré que lorsque l’on pose une mauvaise question - ou au minimum que le sujet est trop complexe que pour intéresser en détail la population - on peut obtenir des résultats qui vont à l’encontre de l’intérêt commun.  C’est donc une solution complexe à envisager.


Au 21ème siècle, la technologie nous permet pourtant d’envisager une solution qui allie à la fois les avantages de la démocratie directe tout en y conservant les principes de base de la démocratie représentative: la démocratie délégative aussi appelée démocratie liquide.
Avec cette solution, on pourrait espérer que des personnes expérimentées et compétentes prennent la main en gagnant par leur vécu la confiance de la population, tout en n’étant pas influencées par les lobbies ou par leurs intérêts personnels car ils risqueraient de perdre ce soutien en cours de législature. Quant aux personnes ne voulant pas déléguer leur vote, elles pourraient malgré tout se positionner directement sur les divers sujets abordés.

Bref, une évolution de société qui entraîne des problèmes complexes demande de mettre en place des solutions diverses et complexes. La technologie nous offre une de cette solution.  Il est plus que temps que les décideurs s’y intéressent, avant que ce ne soit trop tard et que de démocratie plus il ne soit question.

A lire également

Chaque soutien compte

Vous voulez passer à l'action sans savoir comment faire ?
Deux possibilités s'offrent à vous: